La Révolution française en Dordogne : références du chapitre 2

 

Page précédente   Retour au sommaire Page suivante

 

NB :sous les initiales « GM » sont indiqués les chapitres ou développements de G MANDON, 1789 en Périgord, Révolution et chemins de liberté, Bordeaux, Sud-Ouest, 2012

Ce chapitre correspond à GM, chap 6, p 145

Page 30
Prix des blés: mercuriales de Périgueux : E dep 5114
Affaire de Sainte-Alvère ADD B 31, Le Bugue : idem
Lla Maréchaussée : G MANDON, « la crise du printemps 1789 en Dordogne » dans les passions d'un historien, mélanges en l'honneur de J P POUSSOU, Paris, Presse Universitaire de Paris Sorbonne, 2006, p 177.
Voir aussi, ci-dessous article « Maréchaussée » en construction
Bergerac: G.CHARRIER, Les Jurades de Bergerac, tome 12 (classement par dates)
Périgueux : ADD 5E 1114

Page 31
Montignac: dossier la Bermondie ADD B 845
Périgueux: Registres du Conseil permanent des communes ADD 5E 5200. On peut suivre ces délibérations dans l'ordre chronologique grâce à la publication du « Registre analytique des délibérations du conseil permanent des communes de Périgueux » dans BSHAP, tomes 68-70 (1941-1943)
Lettre de Chilhaud de la Rigaudie : BSHAP LXXXII, 1955, citée ci-dessous
Déclaration des consuls, 20 août 1789, registre du conseil cité-ci-dessous
Nous, maire et consuls, Seigneurs haut-justiciers, comtes, barons, gouverneurs, lieutenants du Roy, juges civils et criminels et de police 1des Ville, Cité, faubourgs, banlieue et juridiction de Périgueux2, aAttestons à toute la France que, depuis les fatales nouvelles3 qui ont été répandues sur les événements arrivés depuis le 13 et 14 juillet dernier, il a été formé un Conseil des communes dans cette ville, premièrement par acclamation publique, lequel par la suite a été consolidée par une délibération de 2 députés de tous les corps et métiers pris le 5 du courant dans une assemblée tenue à l’hôtel de ville en notre présence4. Que depuis l’existence de ce conseil il n’a cessé de s’occuper avec activité et succès pour maintenir la tranquillité de la ville et de la province, pour conserver l’autorité aux tribunaux, pour faire observer une bonne police dont ils nous ont toujours requis les ordres comme en ayant l’attribution.

On verra la différence d’appréciation, deux mois plus tard dans la lettre de ces mêmes consuls au Comité des rapports de l’Assemblée, AN DXXIX, 64, 8 octobre 1789. En fait, la lettre évoque l’affaire du journaliste de Périgueux, Brousse, affaire sur laquelle je n’ai trouvé de compléments pour nous éclairer.

« C’est un Sieur Pipaud Desgranges, étranger dans notre ville qui s’était érigé en nouveau Démosthène, ayant crié aux armes sur les places publiques, monta tellement la tête de la populace que nous eûmes les plus grande peur de sauver la vie à ce citoyen (Brousse) et vîmes avec la plus grande douleur prononcer la proscription par un conseil que ce même président domine et où il a une influence si marquée que ses propositions y sont toujours écoutées parce qu’il n’est composé en général que des arts et métiers »

 Page 33
Sur l'avidité de nouvelles voir Verneilh-Puyrazeau Mes souvenirs de 75 ans
Les journaux étaient avidement recherchés dans les provinces comme dans la capitale : chacun voulait assister de près ou de loin au grand drame qui se préparait. J'étais abonné au journal de M Brissot de Warville, le Patriote français et j'en ai recueilli les premiers numéros en deux volume in 4°, c'était pour moi la loi et les prophètes. p103

La Grande Peur: voir ci-dessous

Georges Lefèvre: carte reproduite ci-dessous

Page 34 Verneilh-Puyrazeau Mes souvenirs de 75 ans p105,
« Non contents de voir les gardes nationales formées à Paris et dans les principales villes de France, les chefs de la Révolution voulaient que toutes les communes fussent armées dans ce but, on imagina de répandre partout un certain effroi par des moyens divers appropriés à chaque direction du territoire. Ainsi le même jour et la même heure, on fit partir de Paris un grand nombre de coursiers porteurs d'instructions secrètes qu'ils devaient lancer partout sur leur passage. Le trouble des esprits rendait tout croyable; le tocsin des communes de campagne portait l'alarme de proche en proche, dans les chaumières et contre les châteaux.
Il est évident qu’il s’agit d’affirmations « complotistes » et jamais vérifiées. On a pourtant beaucoup débattu au sujet de cet accès de fièvre dont la carte ci-dessus montre a la fois la dispersion et une certaine simultanéité. G Lefevre met l’accent sur le caractère anti-nobiliaire ou anti « aristocratique » de ces mouvements qui ont parfois tourné à des offensives contre les châteaux, là où le Périgord, se montra d’une violence très limitée

 Peur à Nontron ADD, 19 J 33, dossier Mazerat

 Page 35
Le discours du 4 août est reproduit ci-dessous
Sur la réunion pour la levée du mandat impératif de la noblesse

Page 36
texte des bourgeois de Périgueux Acte d'Union

Page 37
Institutions du conseil, Savignac, ADD B 841
Saint-Privat. Voir Anet Dubut  un maire et un ancien noble du Ribéracoie exécurés pendant la Terreur, Guy Gouaud et Léonard de Belhade, BSHAP t LX p 223 et LXI p 61

Page 40
Les députés du Périgord : voir J. Lassaigne, Figures parlementaires, Paris, 1950. Cet ouvrage donne biographie des députés périgourdins jusqu'à la III° République.
Sur Foucauld de Lardimalie, « le constituant Foucauld de Lardimalie, La Révolution française, 1892.
Comme toujours avec Bussières, sous le fait la dimension épique n'est jamais loin. A se demander si E le Roy ne s'en est pas inspiré pour le portait du chevalier de Galibert dans Jacquou le Croquant.

Page 41
Le docteur Ch Lafon donne dans « les Périgourdins à l'Assemblée nationale en 1789 » BSHAP (1940) des détails sur les adresses à Paris des députés.
La Miséricorde, Conseil des communes 17 novembre. Le conseil avait invité la Miséricorde « a mieux traiter les pauvres » à quoi la directrice répondit « que la Miséricorde dépendait de l'évêque de Périgueux et qu'elle allait se retirer à la campagne »

Page 42
Mareuil, ADD B 832
Cette affaire ne manque pas d'intérêt pour de multiples raisons : le Jovineau en question est le fournisseur de Périgueux et le Conseil ne peut le désavouer ne serait-ce qu'au nom de la liberté de circulation des grains ; la réunion incriminée des habitants de Mareuil contre Jovineau est typique de ces comités qu'a suscité Pipaud des Granges ; enfin pour le destin tragique des inculpés
Première démission de Pipaud : ADD 1L414.La lettre est intéressante parce qu'elle montre la psychologie de Pipaud et une tendance qu'on retrouverait à se sentir persécuté. Il est vrai que ses adversaires n'avaient pas hésité à lui porter un rude coup

Page 43
Celles : ADD B 833
Vergt et Bussière-Badil ADD B34
Saint- Rabier: Registres du Conseil 9 et 12 décembre 1790

Page 44
Don patriotique, Registres du Conseil, 14 novembre, assemblée du 3 décembre

Page 45
La bataille municipale : GM p330 registres du conseil ; Janvier-février jusqu'au 16 mars. A noter qu'en l'absence de candidature le premier scrutin donne une liste interminable de citoyens avant une ou deux voix.
Mouvement des mais à Pétigueux : registre des communes, 8 février
On trouvera l'analyse de la question du Périgueux révolutionnaire et de son territoire dans chapitre 10 du site
Résultat des élections :
Bergerac et Sarlat. Nous connaissons bien les résultats de Bergerac et leur éclairage grâce à Michel Combet, Jeux d pouvoirs et familles. Les élites municipales à Bergerac au XVIII°siècle, Bordeaux, F.H.S.O, 2002

 

Page précédente   Retour au sommaire Page suivante

1 Cette titulature montre les prétentions auxquelles s’étaient hissés les bourgeois de Périgueux dans leurs prétentions nobiliaires. Notons que ce texte contraste singulièrement avec leurs déclarations du 23 août et de l’Acte d’Union

2 On reviendra plus loin sur la réalité géopolitique de Périgueux en 1789-90

3 On remarquera l’adhésion enthousiaste au 14 juillet !

4 Ce qui s’appelle passer par profits et pertes la démocratisation qui suivit

TOP