Echourgnac, abbaye et prieuré

Echourgnac, abbaye et prieuré

Mémoire vivante

de la Société Historique et Archéologique du Périgord

Numéro 23 - avril 2022

ÉCHOUrgnac, abbaye et prieuré

    Au XIXe siècle, les chroniqueurs nous disent qu'Echourgnac, commune de la Double, était entourée de 82 étangs, lesquels dégageaient des odeurs pestilentielles et engendraient de nombreuses maladies. Le curé de l'époque écrivait : « pays de malaise, de tristesse et de découragement ». Le comte de Saint-Saud et le docteur Piotay ont l'idée de faire appel aux trappistes pour assécher les marais, assainir l'espace et rendre les terres cultivables. C'est ainsi qu'en octobre 1868 arrivent ces religieux après d'ailleurs avoir asséché les « Dombes ». Ils vont alors s'appliquer à transformer cette contrée, ramenant ainsi santé et aussi prospérité. Ils édifient l'abbaye actuelle, située au cœur de la Double, dans une vaste clairière de prés et d'étangs. Ces moines restent présents une trentaine d'années, puis l'abbaye va tomber dans l'oubli.

 

     En 1923, une trentaine de moniales trappistes, c'est-à-dire en fait des cisterciennes, reviennent sur le site et l'abbaye prend le nom de Notre-Dame-de-Bonne-Espérance.  Le lieu va se transformer au fil du temps, de nouveaux bâtiments vont apparaître, elles vont continuer d'améliorer et de transformer les espaces afin que chacun puisse se recueillir et trouver la sérénité.
    ‍

    Les moniales viennent de régions diverses mais toutes ont choisi ce lieu pour vivre leur foi tout en travaillant de leurs mains. Leur spécialité : le fromage de la Trappe, pur fromage local fabriqué au cœur de la Double depuis 1868. Mais, les sœurs ont l'idée de mettre au point une liqueur de noix, qui trouve vite son public. Elles vont également produire des confitures et des pâtes de fruits appréciées, que l'on trouve dans leur magasin avec d'autres fabrications monastiques. Elles vont ouvrir une « hôtellerie », centre d'accueil pour des séminaires mais aussi des personnes souhaitant se ressourcer.
    L'abbaye est un véritable lieu de paix, le paysage est serein. Les sentiers des bois environnants permettent d'admirer la nature et invitent à la découverte des richesses naturelles.


    À peu de distance, le prieuré Saint-Jean-Baptiste appartient à la congrégation Notre-Dame-de-Bonne-Espérance. Il a été fondé le 1er octobre 1966 par un moine bénédictin. Les frères qui y vivent sont en grande partie handicapés. Ils sont soutenus par une association de bénévoles qui accepte les dons. Ils ont opté pour une agriculture biologique. Les terrains autour de la ferme sont entretenus par les moutons d'une bergère « sans terre ». La prière et les chants ne sont pas oubliés et rythment leurs journées.


                            Huguette Bonnefond

 


Sources :
- Semaine religieuse, 1868, pages 777 et 798.
- Site internet : abbaye-echourgnac.org
- Extrait de Notre-Dame-de-Port-du-Salut du Père Irénée Ménard
- Fonds Pommarède (coll. SHAP) : Eglise en Périgord et Courrier Français de Dordogne du 22 août 2003
- Youtube : les Frères d'Echourgnac

Société Historique et Archéologique du Périgord - 18 rue du Plantier 24000 Périgueux
  https://shap.fr   shap24@yahoo.fr     05 53 06 95 88   
Directeur de publication : Dominique Audrerie - Secrétariat : Sophie Bridoux-Pradeau
Responsable : Marie-France Bunel - Maquette : Pierre Besse

TOP